,

Témoignage

cc ev

Sandrine Wouapi

Mon expérience privée du Challenge Camerounais.

 

Par Sandrine Wouapi, 22 ans, étudiante en génie économique.

 

Bonjour chers Challengistes !

 

Je me nomme Sandrine Wouapi et je tenais à partager mon expérience du Challenge Camerounais (ci bas en abrégé « CC » ou communément appelé « Challenge ») avec vous.
Je subdiviserai donc ma petite histoire en ces 4 chapitres :

  1. Comment j’ai connu le CC ?
  2. Pourquoi j’y vais chaque année?
  3. Une expérience unique au sein d’Afriland First Bank
  4. Alors la suite c’est quoi?

1- Comment j’ai connu le CC ?

Nous sommes en 2009. Arrivée en Allemagne (Darmstadt) en Mars et ayant bravé les 1ères phases des cours de langue, le bruit court que le « Challenge Camerounais » est pour bientôt dans la ville de Cologne. Il se dit aussi que le « Challenge » est le rendez-vous annuel à ne pas manquer. C’est ainsi qu’avec ma famille d’accueil nous prenons la route samedi matin. Et une fois sur Cologne, c’est la joie dans tous les sens: anciens amis, membres de la famille, … ils sont tous là. VIVE le CC !

2- Pourquoi j’y vais chaque année ?

Comme on le dit si bien, „qui a bu, boira“. L’année suivante, le CC 2010 se passe à Darmstadt; c’est à la maison, alors il n’y a pas de raison de pas y participer. L’émotion est plus grande qu’à Cologne, j’ai vécu le Challenge dans son intégralité (de vendredi à lundi). Du stade pendant les matchs jusqu’à la soirée de gala en passant par la boîte avec Lady Ponce. Pour moi, le jeu en a valu la chandelle…
Je manque malheureusement le CC de Hamburg en 2011, mais je me rattrape pleinement à Stuttgart en 2012. Tout comme à Darmstadt, de vendredi à lundi l’ennui était en congé (rencontres amicales, loisirs, activités culturelles intéressantes et un programme musical inédit avec X-Maleya, Jocelyne B-zar, Fingon Tralala et bien d’autres… que du LIVE quoi!)

3- Une expérience unique au sein d’Afriland First Bank

Pour moi comme pour beaucoup d’autres ici, le CC n’était rien de plus qu’un week-end de détente. J’avais juste de l’intérêt pour le bon temps que j’allais y passer avec mes amis à voir des matchs, me balader, danser avec les artistes invités et assister à la soirée de gala…

Au mois de Septembre 2012, je reçois un mail faisant allusion à une offre de stage au Cameroun à Afriland First Bank sous la supervision de la CIM / GIZ (Zentrum für internationale Migration und Entwicklung) en but d’encourager l’initiative de CC. L’offre datait déjà du Challenge au mois de Mai 2012, mais ayant d’autres centres d’intérêts bien qu’ayant été a Stuttgart je ne l’avais pas vue. Mes premiers renseignements m’ont tout d’abord appris que Afriland First Bank et CIM/GIZ sont des fidèles partenaires et sponsors du Challenge Camerounais depuis de nombreuses années.

Me trouvant dans cette phase de mon parcours académique où la théorie devra se transformer en pratique, l’offre est assez tentante. Quoi? Un stage allant de 2 à 6 mois. Où? Au Cameroun. Sous quelles conditions? Etudiant(e) économiste ou technicien(ne). Rémunéré(e) à 300€/mois + 400€ pour billet d’avion.
Bien que suspicieuse, je postule le 26 Septembre pour une durée de 3 mois. Une semaine plus tard le 02 Octobre, mon contrat de stage est dans ma boîte e-mail: je dois donc commencer ce fameux stage le 05 Novembre. J’ai cru que c’était une blague et plus le temps passait plus la blague devenait réalité. J’avais 1 mois pour composer 2 matières à l’université, régler les formalités de stage et préparer mon voyage. Bien sûr le mail je l’avais transféré à mes camarades de faculté pour qu’on y aille ensemble, mais quitter l’Allemagne pour 4 mois et se préparer en 1 mois ce n’est pas chose facile.

Une fois au pays je me disais que mon séjour serait de tout repos, que tout se passerait comme pendant les vacances, mais mon schéma du Cameroun s’est volatilisé quand je mis pied à la Afriland First Bank le premier du stage. J’étais employée à la direction générale à Yaoundé dans le département de la Communication et du Marketing. Je reçus un plan de stage m’indiquant les différents services où je travaillerai ainsi que les durées dans chaque service. Après chaque passage je devais produire un rapport validé par le chef de service. Mon stage se déroulait sous le parrainage de 2 employés de la banque mais aussi sous le suivi de la CIM / GIZ. En 3 mois, j’ai donné le meilleur de moi et je ne suis pas rentrée bredouille sur l’Allemagne.

  • Initiation aux produits et services bancaires
  • Vente des produits et services bancaires
  • Prospection
  • Organisation des évènements
  • Assistance administrative …

sont quelques acquis dont je suis fière et remercie Afriland First Bank, CIM/GIZ et surtout le Challenge Camerounais pour cette expérience unique. Bien évidemment la fin du stage a été marquée par un rapport remis à la banque et à la CIM/GIZ.

De mon passage là-bas, j’ai été marquée par l’esprit FIRST qui anime les employés de la banque à donner le meilleur d’eux-mêmes, mais aussi par leur esprit collectif lors du forum mensuel, des send-out, des inaugurations, des fêtes de fin d’année et bien d’autres…

4- Alors la suite c’est quoi?

De retour en Allemagne depuis 2 mois, mon envie d’aller au Challenge édition Berlin 2013 est aussi grande que par le passé, à la seule différence que maintenant j’ai découvert une autre facette du CC qui me plait d’autant plus que je souhaiterai m’investir d’avantage dans l’organisation de celui-ci afin d’être parmi celles et ceux qui s’investissent positivement pour notre communauté camerounaise en Allemagne et pour des meilleurs jours pour notre pays le Cameroun.

Sandrine Wouapi 

afriland firest bank cim